ALUMINIUM CHLOROHYDRATE

 

1. QU'EST-CE QUE L'ALUMINIUM CHLOROHYDRATE ET QUEL EST SON USAGE ?
 

L’aluminium chlorohydrate (CAS 12042-91-0) est le plus courant des sels d’aluminium. Il reste aujourd'hui le plus utilisé. L’aluminium chlorohydrate remplit 3 fonctions :

  • Agent antitranspirant : (ou antiperspirant) réduit la transpiration, à ne pas confondre avec un agent déodorant
  • Agent astringent : resserre les pores de la peau
  • Agent déodorant : réduit ou masque les odeurs corporelles désagréables, à ne pas confondre avec un agent antiperspirant (ou antitranspirant)

L’aluminium chlorohydrate figure parmi les ingrédients phares dans la composition des déodorants et des anti-transpirants vendus dans le commerce.

 

2. QUELLES SONT LES CONTROVERSES ASSOCIÉES ?
 

Des impacts sanitaires potentiellement majeurs :

  • Aucun lien avéré entre l’utilisation d’anti-transpirants contenant des sels d’aluminium et le cancer du sein malgré un nombre grandissant d’études qui indiquent une probable corrélation dont certaines très récentes (Darbre, 2006 ; McGrath, 2003 ; Mandriota et Sappino, 2016)
  • Évaluation du risque impossible dû au manque de données adéquates sur la pénétration transcutanée permettant d’estimer la dose d’aluminium dans l’organisme résultant de l’utilisation de cosmétiques (Opinion du CSSC, 2014)
  • Possible lien avec la maladie d’Alzheimer (Graves et al., 2006)
  • Publication de l'étude 'Evaluation du risque lié à l'utilisation de l'aluminium dans les produits cosmétiques' (AFFSAPS, 2011) : préconise une limite de 0,6% de concentration en aluminium
  • Possible écotoxicité : persistance et bioaccumulation (Environment Canada Domestic Substance List)

Une réglementation qui autorise les sels d’aluminium dans les produits cosmétiques

  • Innocuité des produits cosmétiques contenant des sels d'aluminium selon la réglementation cosmétique et non restriction de l’utilisation de l’aluminium chlorhydrate (règlement (CE) no 1223/2009)
  • Restriction au Canada : concentrations maximales autorisées sous sa forme non hydratée de 25%
  • Interdiction par le label ECOcert dans les produits certifiés

Une controverse sociétale très forte fondée sur l’utilisation des sels d’aluminium dans les déodorants basé sur le principe de précaution

  • Substances identifiées par Greenpeace France (Cosmetox, 2005)
  • Dossier de 60 millions de consommateurs montrant qu'aucun produit testé n'est satisfaisant (trop d'aluminium ou pas assez efficace) (2012)
  • L'aluminium est "l'ingrédient du mois" d'avril 2012 de l'Observatoire des cosmétiques qui consacre un dossier à ses fonctions et la controverse qui l'entoure
  • Les associations de consommateurs (UFC-Que Choisir, 60 millions de consommateurs) ainsi que l’ONG WECF (Guide Cosmétiques femmes enceintes, 2015) recommandent de ne pas utiliser de déodorants et d’anti-transpirants contenant de l’aluminium chlorohydrate qui pourrait être étroitement lié au cancer du sein.

 

3. POSITIONNEMENT DE U

Compte tenu des controverses sanitaires de l’aluminium chlorhydrate notamment vis-à-vis de son implication dans le cancer du sein, et des attentes des consommateurs sur le sujet, U s’est engagé dans une démarche de substitution de l’aluminium chlorohydrate allant jusqu'à stopper les références de déodorants anti transpirant à sa marque.

 

4. SUBSTITUTION DE L'ALUMINIUM CHLOROHYDRATE

L'aluminium chlorohydrate n'ayant pas pu être substitué dans les anti-transpirants, U a décidé de ne plus commercialiser d'anti-transpirants à sa marque, uniquement des déodorants.